08.09.2010

L'HISTORIEN ET LES ANIMAUX


2010_09_08_008

Les historiens ont rarement parlé des animaux. Les documents sont pourtant nombreux qui les mettent en scène: textes, images, restes archéo-zoologiques, traditions orales, rites et usages de toutes sortes. Leur étude est cependant difficile, le plus grand danger étant celui de l'anachronisme. En prenant l'exemple du Moyen Age, on verra que la zoologie médiévale n'est pas la zoologie moderne. Plusieurs notions qui nous sont aujourd'hui familières, sont alors inconnues: insecte, mammifère, cétacé, domestication, évolution, croisement des espèces, etc. En outre, la frontière est floue qui sépare les animaux réels des animaux chimériques et les animaux domestiques des animaux sauvages. Le corbeau, le renard, le merle, la souris, la belette, par exemple, qui vivent à proximité de la maison (domus), sont considérés comme "domestiques".
 L'incontro si terrà in lingua francese senza traduzione.


English version not available

Francese

A l'intérieur de l'église de Santa Maria della Vittoria, l'historien Michel Pastoureau, expert en histoire médiévale et symbologie, nous parle d'un thème qui n'était pas considéré sérieux ou très important: les animaux. Heureusement, aujourd'hui ils n'appartiennent plus seulement à la «petite histoire», au contraire, on a compris que cette étude est importante à plusieurs niveaux, car «l'animale se trouve partout».
Pastoureau nous fait part des changements dans la symbologie des animaux à partir du Moyen âge jusqu'à notre époque, comme par exemple le chat, le chien, le cochon, l'ours et le lion, mais aussi des différentes classifications des animaux qu'il y avait dans le passé. Tout cela permet aux historiens de mieux comprendre les représentations mais aussi quelques aspects sociaux et anthropologiques qui nous font parfois sourire. Comment peut-on imaginer que, au XIVe siècle, les animaux étaient poursuivis en justice, condamnés et même excommuniés?

1Persone correlate

1Luoghi collegati